Guide d’achat : Rénover ses fenêtres

Posté dans : Conseils d'experts, Économies d'énergies  |  Étiquettes : ,

Limiter les consommations énergétiques avec des menuiseries plus isolantes sur le plan thermique, faire la chasse aux bruits, résoudre les problématiques sécuritaires… telles sont les principales causes de rénovation des fenêtres. Les menuiseries actuelles sont de plus en plus performantes mais pour optimiser ces performances, la mise en œuvre doit être réalisée dans les règles de l’art.

Avec la nouvelle Réglementation Thermique, bien isoler son habitat devient primordial et le remplacement des fenêtres évite jusqu’à 30% des déperditions thermiques d’autant que toutes les nouvelles menuiseries garantissent une isolation renforcée. La pose de nouvelles fenêtres peut aussi augmenter la surface de parois vitrées et de permettre de bénéficier d’apports solaires gratuits : lumière et chaleur. Les nouvelles décisions énergétiques ont incité les fabricants à produire des gammes de plus en plus performantes tant au niveau thermique qu’acoustique. D’ailleurs, pour être éligibles au crédit d’impôt, les menuiseries, qu’elles soient en PVC, en bois, en aluminium ou mixte doivent respecter des seuils fixés par l’Etat.

CÔTÉ THERMIQUE

Le pouvoir isolant d’une fenêtre est caractérisé par son coefficient de transmission thermique appelé Uw (exprimé en W/m2.K : watts par mètre carré-Kelvin). Ce coefficient traduit la capacité de la fenêtre à conserver la température intérieure. Pour bénéficier d’aides financières, dont notamment le crédit d’impôt, le coefficient doit être égal ou inférieur à 1,8 W/m2.K pour l’aluminium, égal ou inférieur à 1,6 W/m2.K pour le bois et égal ou inférieur à 1,4 W/m2.K pour le PVC. Plus le coefficient est bas, plus le produit mis en œuvre est performant. Ces données sont obligatoirement fournies par le fabricant ou par l’assemblier. Aujourd’hui, tous les matériaux garantissent une bonne isolation thermique, le choix est donc surtout esthétique.
Les vitrages jouent également un rôle majeur dans les performances énergétiques d’un logement. Depuis longtemps délaissé, le simple vitrage a laissé place à des doubles-vitrages, certains à isolation renforcée.Un double vitrage 4/16/4 est le minimum requis : deux vitres de 4 mm sont séparées par une lame d’air ou de gaz de 16 mm. L’Argon, un gaz inerte, injecté entre les deux verres, est de plus en plus souvent utilisé car il promet une isolation encore plus importante.

ISOLATION RENFORCÉE

Le VIR (Vitrage à Isolation Renforcée) apporte un surplus d’isolation grâce à une fine couche transparente faiblement émissive, composée de microscopiques particules d’oxydes métalliques, déposées sur l’une des faces intérieures du double vitrage. Les VIR sont de 2 à 3 fois plus isolants qu’un double vitrage traditionnel et génèrent jusqu’à 10% d’économies de chauffage. La couche faiblement émissive sert également de protection solaire l’été, favorisant le confort en toutes saisons. Encore plus performant, le triple vitrage n’est conseillé que dans les régions où les températures sont souvent négatives tout au long de l’hiver ou dans les habitations orientées plein Nord ou à l’Est. Entre les vitrages de ces fenêtres sont injectés un gaz Argon ou Krypton. Les premières générations de triple vitrage avaient l’inconvénient de posséder un mauvais facteur solaire. C’est aujourd’hui terminé avec un verre intermédiaire permettant d’obtenir un apport solaire équivalent aux double vitrages.

CÔTE PHONIQUE ET SÉCURITAIRE

Si votre logement est situé dans un environnement bruyant (fort trafic routier, rue passante, en pleine ville, près d’une voie de chemin de fer…), il est indispensable de veiller à ce que les fenêtres choisies bénéficient d’une isolation acoustique renforcée. Ces fenêtres permettent de gagner entre 30 et 35 dB de confort. Le label Acotherm, garant d’une bonne isolation thermique, atteste en plus des performances d’isolation acoustique. Ce label est illustré par une abréviation Ac, suivie d’un chiffre allant de 1 à 4 (4 étant le summum des performances acoustiques). L’un des doubles vitrages est plus épais que la normale, au moins 8 mm. Il existe également des vitrages feuilletés, comprenant 2 vitres liées par un film en résine absorbant les vibrations sonores. Par ailleurs, dans le cas d’une menuiserie, dites acoustique, les entrées d’air sont adaptées de manière à diminuer la perception des bruits extérieurs. Il faut cependant préciser que le traitement acoustique ne se limite pas au changement des fenêtres. Il faut aussi vérifier que les coffres des volets roulants soient bien isolés et que les liaisons et calfeutrements aient été étudiés pour ne pas laisser passer les bruits.
Quant à l’amélioration de la sécurité, vous pouvez opter pour des vitrages retardateurs d’effraction qui sont des vitrages feuilletés incluant un ou plusieurs intercalaires en PVB (Butyral de Polyvinyle), qui permet de souder entre eux les deux verres de 4 mm. Sécurité garantie mais le prix à payer en vaut-il vraiment le coup ? Ces vitrages sont souvent réservés aux vitrines des magasins.

renover ses fenetres

LE CHOIX DES MATÉRIAUX

Comme vu précédemment, les matériaux n’influent en rien dans les performances thermiques ou phoniques. Ils sont donc fonction des goûts esthétiques, sachant qu’ils possèdent chacun des qualités différentes.
L’aluminium permet de disposer de profils fins, intéressants en rénovation pour limiter le poids sur la structure de la maison ou de l’immeuble. L’alu permet aussi de varier les types d’ouverture facilement et de remplacer d’anciennes fenêtres par des baies coulissantes, par exemple. Les coloris de la palette RAL sont nombreux et peuvent être différents à l’intérieur et à l’extérieur.
Le PVC, 100% recyclable, se décline également dans plusieurs teintes y compris des aspects bois et son plus gros avantage est de se nettoyer d’un simple coup d’éponge.
Le bois est de moins en moins prisé à cause de son entretien fastidieux. Pour résister aux intempéries, il doit subir des traitements hydrofuges, fongicides et insecticides et doit être recouvert d’une lasure tous les 5 ans.
Les menuiseries mixtes permettent d’avoir du bois à l’intérieur des pièces et de l’aluminium à l’extérieur pour sa praticité et son inaltérabilité.

QUEL TYPE DE RÉNOVATION CHOISIR ?

Partielle ou totale ? Le type de rénovation est avant tout fonction de l’état de la menuiserie existante. Une expertise de l’installateur s’impose pour faire un état des lieux précis de l’existant. Les critères de choix de l’une ou l’autre des solutions sont nombreux : date de la construction de la maison, mode constructif et état de l’ancien dormant.

La dépose totale est la solution la plus performante. L’ancienne fenêtre, ouvrant et dormant, est entièrement déposée et l’on installe à la place une menuiserie toute neuve. Cette réhabilitation engage des travaux importants mais se révèle finalement plus avantageuse à long terme.
Les +
– Gain de luminosité car les nouveaux modèles de fenêtres disposent d’une surface vitrée plus importante. Encore plus s’il s’agit de fenêtres à ouvrants cachés*.
– Absence de pont thermique aux jonctions avec le gros œuvre.
– Etanchéité parfaite.
Les –
– Durée des travaux plus longue
– Travaux de finition à prévoir à l’intérieur et à l’extérieur, le démontage de l’ancien cadre dormant nécessitant une réfection de la maçonnerie.

• Sur dormant existant, donc en rénovation partielle, la nouvelle fenêtre vient recouvrir l’ancien dormant qui n’est pas enlevé. Le nouveau dormant doit parfaitement épouser celui de l’ancienne menuiserie.
Les +
– Beaucoup moins de travaux, notamment pas de réfection de la maçonnerie, d’où une intervention plus rapide et plus économique de prime abord.
Les – :
– Pas de gain de clair de vitrage autrement dit de clarté.
– Pont thermique de liaison.
– Fragilité du dormant existant.

* Pour les fenêtres dites à ouvrants cachés, le clair de jour quand les ouvrants sont fermés est quasiment identique au clair de jour quand les ouvrants sont ouverts. Les profilés des ouvrants sont aussi plus minces, le joint du vitrage faisant office de parclose et venant se plaquer contre le profilé dormant.

QUELLES AIDES FINANCIÈRES POUR RÉNOVER SES FENÊTRES ?

Eco Prêt à taux zéro, Eco-subvention de l’Anah, TVA à taux réduit, aides venant de l’Ademe, des collectivités territoriales ou des distributeurs d’énergie, crédit d’impôt développement durable…les aides fiscales pour la rénovation énergétique ne cessant d’être modifiées, il est préférable de se renseigner auprès de chacun de ces services, pour voir l’évolution des lois et quelles performances sont requises.
www.developpement-durable.gouv.fr
www.eco-ptz-travaux.fr
www.ademe.fr
www.anah.fr

Publié le 03/10/14, (mis à jour janvier 2016) par Sylvie Lenormand

Demander un devis
pour rénover vos fenêtres