Techniques pour (re)peindre un plafond

Posté dans : Fiches Pratiques, Peinture - Sol Revêtement  |  

Avec l’arrivée du printemps, un petit coup de fraîcheur s’impose sur nos murs ! Si un défaut sur un mur peut se cacher avec un encadrement ou un meuble, un plafond doit être impeccable… qui plus est, dans un séjour ou une chambre, des lieux où l’on s’attarde parfois le nez en l’air.

Ce qu’il faut savoir : un plafond se doit d’être neutre et aussi lumineux que possible, donc… blanc. Et le plus souvent mat. Ce n’est pas qu’une affaire de tendance (le brillant est passé de mode depuis longtemps) : le mat est le mieux placé pour estomper les petits défauts. Mais on peut toujours le troquer pour du satiné dans une cuisine ou une salle de bains car il sera plus facile à entretenir.

L’astuce du pro : quelle que soit la peinture à appliquer, il est essentiel de bien la mélanger pour que tous ses composants (pigments, solvants, etc) forment une matière homogène. Posez pour cela le pot sur un carton ou une bâche en plastique et utilisez un agitateur à main (une baguette plate en bois percée de quelques trous). Ou plus efficace : un modèle pour perceuse (filaire). Il s’appelle aussi mélangeur et se termine par une sorte d’hélice.

Pour peindre un plafond à 2,50 m du sol, inutile de grimper sur un escabeau. Enfilez le manche du rouleau sur une rallonge spéciale ou sur un simple manche à balai. Vous pourrez ainsi travailler à deux mains (c’est moins fatigant) et surtout, parcourir la pièce dans les deux sens sans vous arrêter ni risquer de tomber.


1.Dresser l’état des lieux

Sur un plafond qui n’a besoin que d’un coup de neuf, une peinture monocouche classique fera sans doute l’affaire. Mais elle coûte plus cher et ne porte pas toujours bien son nom…

  • Plafond jauni ou taché ?

Autrefois, on lessivait systématiquement les plafonds avant de peindre… Ce n’est plus nécessaire aujourd’hui : les peintures opacifiantes sont capables non seulement de camoufler les taches mais de les empêcher de réapparaître à travers la future finition. Un problème bien connu avec les peintures ordinaires.

  • La peinture s’écaille ?

Pas le choix ! Il faut d’abord gratter (avec une spatule) tout ce qui ne demande qu’à partir. Puis enduire et poncer à l’abrasif fin les zones mises à nu. C’est un travail assez fastidieux et pénible physiquement. Mais la qualité du résultat final en dépend.

Avant de s’engager dans les travaux de peinture, il est recommandé de s’interroger sur les causes : infiltration(s) à partir de l’étage supérieur, humidité excessive (cuisine ou salle de bains), « travail » du support, peinture de mauvaise qualité… Toutes les explications sont les bienvenues car elles permettront sans doute de remédier au(x) problème(s) et d’éviter un retour à la situation actuelle, et de devoir ressortir pinceaux et rouleaux dans quelques mois…


2.Préparer le matériel

© victor zastol’skiy – Fotolia.com

Au plafond la peinture s’applique au rouleau « peau de mouton » : en référence à la texture des fibres de son manchon. Neuf, un manchon a tendance à perdre des fibres lors des premiers passages… Pour ne pas avoir à les retirer de la peinture que vous venez d’appliquer, passez le manchon la veille sous l’eau courante, essorez-le et laissez-le bien sécher (sur un radiateur par exemple).

Vérifiez également l’état du camion (seau rectangulaire) où vous verserez par la suite la peinture : il doit être propre et sans poussière, comme la grille (perforée) qui servira à essorer le manchon du rouleau. Latéralement, la grille comporte deux « oreilles » à replier derrière le bord du camion pour la maintenir en diagonale vers le fond.

 


3.Mélanger la peinture

Serrez bien le mélangeur dans le mandrin de la perceuse. Orientez sa poignée avant sur le côté et choisissez sa plus petite vitesse. Machine arrêtée, plongez le mélangeur verticalement au fond du pot. Démarrez et brassez le fond du pot.

Dans un pot rond vous pouvez parcourir le fond à sa périphérie, dans un sens puis dans l’autre. S’il est rectangulaire, faites des allers et retours de gauche à droite et inversement. L’essentiel est de bien brasser toute la peinture.

Quelques minutes suffisent à rendre la peinture homogène. Arrêtez alors la machine avant de sortir le mélangeur. Égouttez-le au dessus du pot et posez-le sur le couvercle (retourné) ou bien dans un seau d’eau, posé à proximité.

L’astuce du pro  : si un rouleau permet de peindre au ras d’un mur latéral, il ne permet pas d’atteindre une bande de 2 à 3 cm située au ras des murs avant et arrière (vu dans le sens de l’application). Il faut donc soit au départ faire le tour du plafond au pinceau (brosse à rechampir), soit démarrer directement au rouleau mais d’abord en travers à l’avant et à l’arrière de la zone d’application.


4.Charger le rouleau

Inutile de remplir le camion de peinture : arrêtez lorsque le niveau atteint 5 cm environ. Vous compléterez ensuite au fur et à mesure.

Trempez le manchon du rouleau à la surface de la peinture (ne le plongez pas jusqu’au fond). Puis faites-le rouler en remontant sur la grille. L’objectif est de répartir la peinture sur toute sa circonférence tout en l’essorant suffisamment. Cela évite ensuite les applications inégales et les projections.

L’astuce du pro : un rouleau mal essoré laisse une trace irrégulière : une série de bandes trop chargées séparées par des manques. Si cela arrive, repassez le rouleau sur la grille en appuyant assez fort. Puis sans le recharger en peinture, repassez sur la dernière longueur pour estomper ses irrégularités.


5.Appliquer la peinture

L’idéal est d’appliquer la peinture en couche très fine et de façon uniforme : en longueurs parallèles qui se chevauchent à peine. Une, deux couches ou plus ? C’est à vous de voir sachant qu’il est en général préférable d’appliquer deux couches croisées, après le temps « recouvrable » indiqué sur le pot de peinture (ne repassez jamais sur la peinture en cours de séchage). Arrangez-vous pour terminer dans le sens de la lumière : vers ou à partir des ouvertures principales.

L’astuce du pro : il n’est pas nécessaire de rincer le manchon d’un rouleau qui resservira quelques heures plus tard ou le lendemain. D’autant qu’il n’aura sans doute pas le temps de sécher. Enroulez-le simplement dans un sac en plastique bien fermé.

Publié le 17/03/16

Demander un devis pour vos travaux de peinture